enquete

Eurocopter, fleuron de l’industrie française, atteint de nouveaux sommets

0

Eurocopter connaît depuis plusieurs années une ascension fulgurante. D’où vient ce groupe aéronautique européen ? Comment expliquer le succès du groupe sur le marché ultra-concurrentiel des fabricants d’hélicoptères ? Quels défis l’entreprise doit-elle relever dans le futur ?

Eurocopter : un leader mondial profondément européen

Eurocopter, créée en 1992 suite à la fusion de la division Hélicoptères du français Aerospatiale-matra et de l’allemand DaimlerChrysler Aerospace, est une entreprise qui appartient intégralement au géant EADS depuis 2000. L’entreprise est aujourd’hui bien installée dans son secteur, grâce à ses 17 500 employés, l’entreprise a produit un tiers de la flotte héliportée mondiale.

Eurocopter est un fabricant d’hélicoptères dont les activités sont découpées en trois divisions : Eurocopter (la maison-mère), Eurocopter Deutschland (sa filiale allemande), et Eurocopter España (sa filiale espagnole). L’entreprise est capable de produire des hélicoptères civils et militaires, elle offre également une large gamme de services à ses clients à travers le monde.

Le groupe dispose d’une politique de recherche ambitieuse

Eurocopter est le leader mondial sur le marché des hélicoptères. Avec des clients présents dans 150 pays et non moins de 30 filiales, Eurocopter mise sur l’internationalisation de son activité afin d’atteindre ses objectifs. Ce choix semble pertinent puisque depuis 2010, le carnet de commandes de l’entreprise n’a pas cessé de grimper pour atteindre 5,4 milliards en 2012.

Le chiffre d’affaires d’Eurocopter est également en hausse depuis 2006, il a ainsi atteint en 2012 les 6,3 milliards, dont 72% sont réalisés à l’export. Ces belles performances sont un des facteurs qui font du groupe européen l’employeur le plus attractif pour les Français (selon l’enquête d’opinion des Randstad Awards 2011, 2012 et 2013).

L’entreprise est à la pointe de l’innovation, avec pas moins de 2562 brevets à son actif (dont 115 déposés pour la seule année 2011). Au travers d’une politique d’innovation ambitieuse, Eurocopter cherche à répondre aux défis technologiques, économiques et écologiques rencontrés dans le domaine de l’aéronautique.

Ainsi, le confort et la sécurité dans les appareils de l’entreprise n’ont eu de cesse de s’améliorer, les performances des hélicoptères de la gamme proposée par Eurocopter s’améliore d’année en année, l’impact environnemental de ses produits est de mieux en mieux maîtrisé et Eurocopter offre des appareils aux coûts de maintenance de plus en plus faibles.

Cet engagement dans l’innovation permet aux hélicoptères du groupe d’établir régulièrement des records et des premières mondiales. Eurocopter a ainsi été le premier fabricant d’hélicoptères à envoyer un hélicoptère se poser au sommet du Mont Everest, en 2005.

Les enjeux commerciaux d'Eurocopter

Les enjeux à venir pour Eurocopter

1.Renouvellement des gammes civile et militaire

D’ici à 2021, Eurocopter souhaite mettre sur le marché quatre nouveaux appareils. L’EC 175, un nouvel hélicoptère bimoteur destiné à l’industrie pétrolière, commence ainsi à être produit cette année. Eurocopter souhaite également lancer d’ici à 2017 le successeur du Dauphin, un hélicoptère léger créé dans les années 70 ; le nouvel appareil est pour l’instant connu sous le nom de projet X4, il sera plus léger et consommera moins de carburant que son prédécesseur.  Eurocopter a également annoncé le lancement du X6, un hélicoptère lourd, pour 2019. Le nouvel hélicoptère de moyen tonnage X9 sera lancé pour 2021. Pour l’entreprise, l’enjeu est clair : il s’agit de réitérer les succès qu’ont connus les anciens appareils de sa gamme et de garder une longueur d’avance sur ses concurrents.

2. Repondre aux enjeux commerciaux

Sur le plan commercial, de nouveaux enjeux s’offrent à l’entreprise. Le groupe est actuellement en concurrence avec son homologue anglo-italien AgustaWestland et l’américain Sikorsky pour répondre à un appel d’offres du gouvernement polonais, pour un montant estimé à environ 3 milliards d’euros.

Eurocopter, qui partait avec du retard dans la compétition pour remporter l’appel d’offres a su rattraper ses concurrents en signant un partenariat avec WZL 1, une usine d’aviation polonaise.  L’entreprise a malgré tout essuyé récemment un revers en Europe, le gouvernement allemand ayant annoncé en mars 2013 une baisse de 30% de ses commandes au groupe industriel européen, générant des tensions entre Berlin et la direction d’Eurocopter.

Le groupe aéronautique peut également espérer vendre ses produits en Bolivie, le président bolivien Evo Morales ayant déclaré être intéressé par l’acquisition d’hélicoptères Eurocopter suite à sa visite du site d’Airbus en mars 2013, en évoquant toutefois des transferts technologiques pour son pays auxquels serait favorable le gouvernement français.

3. Gérer de manière intelligente l’internationalisation

Eurocopter surveille également sa politique d’internationalisation. Le groupe aéronautique a choisi de conserver le cœur de sa production ainsi que ses technologies de pointe en Europe, afin d’éviter de trop nombreux transferts technologiques qui pourraient lui faire perdre son avantage compétitif lié à son avance technologique.

Le groupe produit toutefois 20% de ses hélicoptères hors-Europe, dans des sites d’assemblage.  Eurocopter a notamment ouvert un nouveau site de production à Quaretéro au Mexique en février 2013, pour répondre aux exigences du gouvernement mexicain mais également afin de s’implanter sur un marché en pleine croissance et de bénéficier de faibles coûts salariaux.

L’entreprise espère également ainsi réduire son exposition à la variation du taux de change euro-dollar.  Eurocopter, fleuron de l’industrie aéronautique française (mais également allemande), conserve donc sa position de leader mais doit relever de nombreux défis pour atteindre ses objectifs d’ici à 2021 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *