enquete

Les marronniers du JT / Chauds, les marrons ! / Froids les marrons ?

0

Les « marronniers » !Ces événements du calendrier qui s’immiscent, tous les ans et à la même époque, dans les journaux télévisés. Que l’on regarde TF1, France Télévisions, Canal+, Arte ou M6, vouloir y échapper relève de la gageure…

Chaque année, c’est le même refrain. En décembre, les reportages sur Noël se multiplient et, pendant les mois d’été, les grandes vacances inondent les journaux télévisés (JT). Ces actualités qui reviennent avec la précision d’un métronome, dictent leur loi aux rédactions et peuvent se préparer à l’avance – les journalistes les affublent du doux nom de « marronniers ».

Comme l’arbre qui fleurit tous les ans à la même époque, les marronniers médiatiques sont des passages obligés et récurrents de l’expérience cathodique hexagonale. En décembre 2013, l’Ina Stat leur a dédié son baromètre thématique. L’occasion pour nous d’établir le classement de ces « marrons » qui rythment notre quotidien télévisuel…

Noël

La palme d’or revient sans conteste aux fêtes de fin d’année. 2012 en particulier fut un cru exceptionnel puisque les JT leur ont consacré 312 sujets. Cette année-là, les premières chroniques font leur apparition dès le mois de novembre ; mais c’est en décembre que le mouvement prend toute son ampleur. Avec 10 reportages par jour, c’est une véritable déferlante, qui profite surtout aux fêtes de Noël (202 sujets).

A mesure que l’on s’approche du jour J, le téléspectateur a droit au défilé incessant des traditions hexagonales. Mais, entre Pères Noël en tenue, sapins verts et autres dindes appétissantes, les sujets économiques parviennent à se tailler une place de choix. C’est ainsi que, chaque 25 décembre, on a droit à la désormais traditionnelle interview de Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur du site d’e-commerce, PriceMinister.

pere-noel

Vacances d’été

Sur la deuxième marche du podium, on retrouve – sans surprise – les grandes vacances. Avec près de 330 sujets chaque année, c’est désormais un grand classique cathodique. Le bal est ouvert dès le mois de juin ; et la fête médiatique bat son plein entre juillet et août. Pendant toute la saison estivale, ce ne sont pas moins de six reportages qui leur sont dédiés chaque jour.

Pour tenir deux mois sur une seule thématique sans risquer de lasser les téléspectateurs, les journalistes se doivent de multiplier les angles. Et ils s’y attaquent avec un certain panache ! Les loisirs et les transports – deux préoccupations majeures des estivants – restent, bien sûr, des incontournables du genre ; mais les reportages sur les vacances des politiques, l’hébergement ou encore la météo permettent de varier les plaisirs télévisuels…

Rentrée des classes

Loin derrière le peloton de tête – le retour à l’école se hisse avec 64 sujets à la troisième place, talonné de près par les soldes. Chaque année, ce sont les deux jours autour de la rentrée scolaire qui concentrent l’essentiel de l’attention médiatique. Crise oblige, les journalistes s’intéressent particulièrement aux aspects économiques, consacrant un tiers des reportages aux questions de budget, d’allocation et d’achat de fournitures.

Halloween et Saint Valentin

Comme tout phénomène médiatique, les marronniers sont aussi soumis aux aléas de la mode, et Halloween et Saint Valentin en sont la meilleure preuve. Ces deux pépites télévisuelles qui émergent à la fin 1990 vont commencer à s’essouffler au milieu des années 2000. Pour Halloween, le désamour s’est amorcé en 2004 et, aujourd’hui, les journalistes d’information lui consacrent à peine deux sujets par an (contre 14 en 1998). Quant à la fête des amoureux, si elle fait encore de la résistance, elle disparaît peu à peu des éditions du JT.

halloween-soiree-fete-capucine-anav-anges

Peut-on échapper aux marronniers ?

A moins d’éteindre son poste de télévision, c’est mission impossible, tant la « marronnite aiguë » semble avoir gagné toutes les rédactions… Les chaînes généralistes en sont friandes, en particulier TF1 dont le JT diffuse le tiers des reportages consacrés à Noël et aux grandes vacances. Mais même des chaînes qui se veulent plus sélectives, comme Arte ou Canal+, doivent se plier à l’exercice. Il faut dire que les marronniers portent sur des moments clés de la vie des Français. Et, si c’est important pour les téléspectateurs, c’est forcément crucial pour les rédacteurs en chef.

Quitte à se répéter encore et encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *