Unofi : les grandes tendances sur les marchés financiers à la mi-automne 2014

Finance 1

Unofi (Union Notariale Financière), vient de faire un nouveau point sur les marchés pour la période d’octobre et novembre 2014.

unofi

Unofi (Union Notariale Financière), vient de faire un nouveau point sur les marchés pour la période d’octobre et novembre 2014. L’occasion de mieux saisir les motivations des investisseurs et les tendances qui animent le secteur en ce milieu d’automne.  

Octobre : des marchés focalisés sur la politique monétaire des banques centrales

Selon Unofi, en octobre, comme depuis plusieurs mois, les marchés n’ont pas réagi au rythme de la croissance, aux publications des résultats des sociétés, aux stress-tests des banques européennes ou aux indicateurs d’inflation dans la zone euro. À l’inverse, les investisseurs ont plutôt semblé se focaliser sur l’évolution de la politique monétaire des banques centrales. L’occasion pour Unofi de passer en revue les décisions de ces institutions incontournables.

Premier organe en ligne de mire : la Fed, la banque centrale américaine. Cette dernière a officiellement changé de cap, en mettant fin au « quantitative easing » – ou assouplissement quantitatif, un terme anglais qui renvoie à une politique monétaire pratiquée dans des circonstances exceptionnelles (acquisitions d’actifs ou de titres adossés à des actifs). Pour Unofi, le prochain mouvement de la Fed sera la hausse de ses taux directeurs. La Banque du Japon a quant à elle surpris les marchés, en augmentant son programme d’achat de titres à la fin octobre. Enfin pour ce qui concerne l’Europe, Unofi considère que les investisseurs attendent un geste supplémentaire de la BCE qui devrait accroître sa politique d’injection de liquidités dans l’économie pour soutenir  la croissance dans la zone euro et éviter le risque de déflation.

Selon Unofi, l’écart de stratégie entre la Fed et les autres grandes banques centrales constitue une source d’instabilité sur les marchés.

Autre sujet de préoccupation pour ces dernières semaines : la grande volatilité des indices actions qui a perturbé l’analyse boursière avec des pics tant aux Etats-Unis (26%) qu’en Europe (33%). La tension est un peu retombée à la fin du mois d’octobre souligne Unofi, la volatilité étant revenue à près de 14% aux Etats-Unis et de 20% en Europe. Dans le même temps, les fluctuations ont été fortes sur les taux d’intérêt des emprunts d’Etat entre les Etats-Unis et les pays européens périphériques.

Novembre : une première semaine marquée par la publication des résultats de nombreuses entreprises

Pour Unofi, la première semaine de novembre a principalement été marquée par les publications de résultats des entreprises. Et pour cause : aux Etats-Unis, la saison des earnings s’achève. Un peu plus de 70% des valeurs du S&P 500 – indice boursier basé sur 500 grandes sociétés cotées sur les bourses américaines – ont publié leurs résultats qui restent globalement corrects. En Europe, les regards se sont essentiellement tournés sur les résultats des entreprises allemandes : ceux de Volkswagen et de Daimler sont en ligne, ceux de BASF ou SAP ralentissent. En France, BNP Paribas et Total se montrent solides, à l’inverse de Sanofi dont les perspectives sont mitigées et la gouvernance remise en question.

Unofi revient également sur la publication par la BCE des examens quantitatifs et qualitatifs des banques européennes, très attendue fin octobre mais qui n’a pas révélé de faille dangereuse de nature systémique. Les banques moyennes italiennes, qui sont les plus affectées par les stress tests, ont toutefois connu une fin de mois pénalisante sur les marchés, précise la dernière lettre d’informations d’Unofi.

Enfin selon Unofi, à la mi-novembre, les indicateurs suggèrent que le rythme de la croissance économique mondiale reste favorable. La consommation mondiale, qui s’est redressée ces derniers mois, devrait être soutenue par la nette baisse des prix du pétrole et d’autres matières premières. Dans le même temps, le repli des taux d’intérêt est positif pour le marché immobilier car il implique une baisse des taux hypothécaires. Dernier motif de satisfaction : les entreprises sont également en bonne santé et prêtes à investir, juge Unofi, en ce milieu d’automne.

Le groupe Unofi a pour mission d’accompagner les notaires de France dans l’analyse du patrimoine privé et professionnel de leurs clients. Il met à leur disposition une large gamme de solutions qui répondent par l’assurance, l’immobilier, l’épargne financière l’immobilier le crédit, à l’ensemble des objectifs patrimoniaux.

Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *