10 chiffres à connaître sur la France et le nucléaire

Industrie 0

Les chiffres du nucléaire prouvent la puissance industrielle de la France.

nucléraie centrale nogent france

La France est encore une grande puissance industrielle. La preuve ? Elle est un acteur majeur du nucléaire, autant sur son propre sol qu’au niveau mondial. Les chiffres le prouvent !

Première date 1948 : c’est l’année à laquelle le réacteur nucléaire d’essai a été mis au point en France, soit 6 ans après la construction aux Etats-Unis du 1er réacteur au monde, et bien peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui il y a, dans l’Hexagone, 58 réacteurs dans 19 centrales. Ils sont de plusieurs générations et ont 3 types de puissance : 34 de 900 MW correspondant à 34 x 500 000 foyers alimentés par mois (soit l’équivalent de 17 000 000 foyers alimentés chaque mois), 20 de 1300 MW et enfin 4 réacteurs de 1450 MW. L’ensemble pourrait alimenter chaque mois 34 600 000 foyers environ.

Un réacteur de type EPR3 est actuellement en construction à Flamanville dans la Manche.

85% de la production dans 7 régions

La France produit 85% de la production dans 7 régions. La région Rhône-Alpes est la principale région productrice d’électricité nucléaire avec 22% de la production totale à elle seule, elle est suivie par la région Centre pour 16,9% et la Haute-Normandie pour 13,4%. A noter que les centrales sont toujours situées en zone rurale mais suffisamment proche des grandes agglomérations consommatrices de l’électricité produite.

1ère source de l’électricité française

En 2013, sur les 550,7 TWh produits, le nucléaire était à l’origine de 73,3%, soit 403,3 TWh. Cette part était en baisse de 0,3%, poursuivant la baisse amorcée depuis quelques années mais représentant toujours au niveau mondial le maximum d’électricité nucléaire produite par habitant.

Le thermique à flamme (gaz, charbon, fioul) représente encore 8,1 % avec 44,7 TWh, également en baisse de 7,1%. En hausse l’hydraulique et les autres renouvelables, l’hydraulique représente maintenant 13,6 % de la production française, soit 18,5% de hausse, et les autres renouvelables (vent, solaire et autre) flirtent avec les 5%, augmentant de 7,9%.

La France est le pays le 1er producteur européen et 2ème producteur mondial

Dans le monde, le nucléaire est l’apanage des pays les plus industrialisés car il demande une forte base technologique. La France est le pays le 1er producteur européen et 2ème producteur mondial d’électricité nucléaire. Sur les 435 réacteurs installés dans une trentaine de pays, la France en accueille 58.

nucléaire en france réacteurs centrales carte

Les Etats-Unis, eux, ont le plus grand parc mondial avec 99 réacteurs, développant une puissance de production de 99,0 GWh et donc 26% de la puissance en exploitation dans le monde. Juste après, la France se positionne avec 416 TWh, suivie de la Russie avec 34 réacteurs civils répartis dans 10 centrales pour 169 TWh et 19% de l’électricité du pays. Ces 3 puissances représentent ensemble 44% des réacteurs dans le monde, soit 191. Le Japon se situait avant la Russie avec 54 réacteurs mais est sorti du nucléaire en 2012 après l’accident de Fukushima.

Vient ensuite la Chine où le nucléaire ne représente actuellement que 2,4% de l’électricité chinoise car elle est encore très équipée en thermique à flamme. Néanmoins, elle a aujourd’hui 27 réacteurs opérationnels pour 131 TWh et 24 réacteurs en construction.

Il est à noter que, dans l’Union européenne, d’autres pays ont fait le choix du « sans nucléaire ». L’Allemagne a choisi de sortir du nucléaire civil, décision qui sera effective en 2021 car elle a encore 9 centrales en activité représentant 12 GWh et 16% de son électricité. L’Autriche n’a jamais mis en service son unique centrale, ayant décidé de sortir du nucléaire avant. L’Italie est sortie du nucléaire civil en 1987 mais a décidé en 2007 d’y revenir, vu la flambée du cours du pétrole et de la politique de réduction des gaz à effets de serre. Cependant lors du référendum du 13 juin 2011, 95% des votants se sont opposés à la reprise de la construction de centrale sur leur territoire.

Le nucléaire : 3ème source de l’électricité produite dans le monde

En 2012, la grande majorité des producteurs d’électricité nucléaire est en Europe avec 36,8% des producteurs -la France y prenant une part prépondérante – et en Amérique du Nord (Canada et USA) pour 36.6%.

A l’échelle mondiale, le nucléaire se place en 3ème source de l’électricité avec 10,9% de l’électricité produite en 2012, soit une baisse de 4,5%. De nombreux pays en développement disposent encore de ressources naturelles permettant l’utilisation du thermique à flamme (charbon, fioul, gaz) alors que les pays développés ont épuisé depuis longtemps leurs ressources facilement exploitables. Ceci explique que le thermique à flamme tienne encore la tête du classement avec 68,9%, augmentant sa part de 1,9%.

Enfin le développement des sources renouvelables permet à l’hydraulique d’atteindre 16,2%, soit 3,8% d’augmentation, et surtout aux autres renouvelables d’augmenter leur part de 16,1% pour arriver à 4,6% de l’électricité produite.

L’expertise française : le retraitement des déchets usés

L’ancienneté de l’industrie nucléaire en France a permis le développement d’acteurs économiques majeurs parmi nos entreprises. Ainsi 5 entreprises françaises sont à la pointe du nucléaire mondial. Le groupe français AREVA est le 1er constructeur mondial de réacteurs et composants-clés, sa technologie équipant un peu partout dans le monde. EDF est l’unique gestionnaire des 58 réacteurs en France mais en gère 15 en Grande-Bretagne ce qui fait de lui le plus important producteur mondial d’électricité nucléaire.

Alstom, quant à elle, fournit environ 30% du parc mondial en turbine-alternateur. Bouygues et Vinci interviennent fréquemment pour le génie civil et ouvrages d’art, ayant eu aussi développé une expertise historique sur la construction du parc français.

Autre particularité française, notre pays dispos d’une usine de retraitement à la Hague. Elle y accueille le combustible de France et une partie de celui de l’Allemagne, Belgique, Suisse, Pays Bas et Japon pour y séparer les isotopes issus de la 1ère fission. Les déchets issus de l’étranger y repartent après traitement.

Le plutonium récupéré à La Hague part au centre de production de « combustible MOX » à Marcoule pour en faire un nouveau combustible ajouté à de l’uranium appauvri utilisé par 22 réacteurs français.

Et ensuite ?

La France est peut-être une grande puissance industrielle mais peut-elle le rester encore longtemps ? Les centrales nucléaires, construites entre 77 et 89 sont vieillissantes même si le changement des pièces mécaniques a permis d’en rallonger l’espérance de vie. Actuellement un seul réacteur est en construction : de type EPR 3ème génération, il est à Flamanville dans la Manche. Il sera le plus puissant de tous mais sa construction a déjà duré 6 ans de plus que les 4 prévus, son coût plus que triplé et il n’est pas encore fini. Et surtout, 4 ans après Fukushima, la question d’avenir est celle de la sécurité ! Et certains seraient pour un arrêt de production d’énergie via le nucléaire au profit des énergies plus propres et moins dangereuses. Le débat ne fait que commencer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *