Bertin Nahum, l’entrepreneur franco-béninois à la pointe de la robotique médicale

Innovation 0

Après avoir revendu son robot « Rosa » au leader du marché, Bertin Nahum dévoile son nouveau projet.

Bertin Nahum

D’origine béninoise, Bertin Nahum est né en 1969 au Sénégal et a grandi en France, où il étudie à l’Institut national des sciences appliquées (INRA) de Lyon. En 2002, cet ancien boxeur crée sa propre société, Medtech, qui deviendra un acteur majeur du domaine de la robotique chirurgicale. En 2012, la revue canadienne Discovery Series le classe à la 4eme place de son palmarès des «10 entrepreneurs high-tech les plus révolutionnaires » derrière Steve Jobs, Mark Zuckerberg et James Cameron. Portrait de cet entrepreneur charismatique qui a présenté son nouveau projet en février dernier.

Un rachat conséquent par le leader du marché américain en 2016

Il est très difficile pour les fondateurs de start-up à succès de garder un contrôle majoritaire de leur entreprise. Bertin Nahum, l’inventeur du robot chirurgical « Rosa », a vendu Medtech, sa société spécialisée dans la création, le développement et la commercialisation de robots d’assistance aux chirurgiens que ce soit en neurochirurgie ou sur la colonne vertébrale. C’est le groupe américain Zimmer Biomet, leader mondial dans le domaine de la musculosquelettique, qui en fait l’aquisition en 2016.

Plus tôt dans l’année, « Rosa » avait décroché l’homologation de la Food and Drug Administration, lui ouvrant grand les portes du marché nord-américain, le « plus grand marché mondial en chirurgie de la colonne vertébrale », s’enorgueillissait Bertin Nahum lors du rachat.

L’entrepreneur reste tout d’abord la colonne vertébrale de Zimmer Biomet

Bertin Nahum ne quitte pas pour autant sa société nouvellement rachetée, et prend la direction du développement des activités robotiques de Zimmer Biomet. Le rachat de 59 % du capital, suite à une revalorisation de 164 millions d’euros de Medtech par le groupe américain, n’a pas impacté le site de Montpellier inauguré en 2014. C’est « le centre d’excellence des activités robotiques du groupe » explique le Franco-Sénégalais qui emploie 70 salariés dont 44 en France. « Ça fait 14 ans que je me bats pour créer de l’emploi, souvent seul. La société de capital-risque régionale Soridec a mis 10 ans à entrer au capital, et a rapidement revendu ses parts. Un nombre limité d’investisseurs se sont intéressés à Medtech, n’investissant que des sommes relativement modestes », déplore-t-il.

Des rachats tous-azimuts d’entreprises de pointe françaises

Ce nouveau rachat d’une pépite hexagonale survient après le rachat l’an passé de Withings, pionnier des objets connectés, par Nokia pour 170 millions d’euros. Trainline, un groupe britannique avait également racheté Captain Train, un site de vente de billets de transports, pour environ 200 millions d’euros en 2016. Enfin, le fabricant du robot humanoïde « Pepper », Bruno Maisonnier avait également vendu 80 % de ses parts d’entreprise au groupe japonais Softbank, avant de la quitter en 2015. Les groupes français ne sont évidemment pas les seuls concernés bien entendu par le mouvement notable de concentration d’entreprise via le rachat de start-up innovantes. Le groupe britannique de semi-conducteurs ARM a aussi été revendu l’an dernier au même Softbank.

Le nouveau défi de Bertin Nahum

Avec le projet Quantum Surgical, le fondateur de Medtech reste dans le domaine de fabrication de matériel médico-chirurgical, toujours à Montpellier, sans pour autant concurrencer le groupe américain qui a acquis Medtech. « Mon départ du groupe Zimmer est effectif depuis le 31 janvier 2017. Je suis parti en très bons termes avec l’ambition de continuer de proposer aux soignants des innovations techniques pour faire avancer le secteur » clarifie Bertin Nahum. « Nous n’avons pas l’intention avec Quantum Surgical de développer une technologie qui soit similaire ou concurrentielle à « Rosa ». Il s’agit toujours de robotique chirurgicale, mais cela touchera à d’autres parties du corps sur lesquelles travaille déjà le groupe Zimmer », s’empresse-t-il de préciser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *