enquete

Les changements et innovations boostés par le Covid-19

0

Passé le choc de l’expansion rapide et inattendue du coronavirus en ce début d’année, nous assistons, partout dans le monde, à une prolifération d’inventions, de créativité, d’innovations. Cela en réponse aux problématiques inédites que génère la situation actuelle. Une corrélation qui, elle, n’a rien de nouveau.

Le concept de destruction créatrice en sciences économiques est un phénomène observé à maintes occasions. Il désigne la propriété que présentent les grandes crises de susciter l’éclosion de nouvelles solutions, de nouvelles technologies et de nouveaux fondements structurels qui domineront la société suite à de grands malheurs. 

Les guerres, les catastrophes naturelles, les crises économiques et bien sûr les pandémies peuvent correspondre à ce schéma d’événements, dans différentes mesures. La crise du Covid-19 n’échappe pas à la règle et s’accompagne déjà de son lot d’innovations et de nouveautés. 

Les pandémies passées, moteurs de changement

Au niveau de l’histoire de l’humanité, la crise que nous connaissons actuellement n’a rien d’une première. La peste, la variole ou le SRAS constituèrent autant d’expériences catastrophiques pour leurs contemporains. Chacune s’accompagna de changements plus ou moins profonds, fussent-ils sociaux, technologiques, économiques ou autres, à la mesure de l’importance du traumatisme provoqué. 

Il n’est ainsi pas rare de considérer que la peste noire fut le véritable déclencheur de la Renaissance : alors que 30 à 60 % de la population européenne avait été décimée, il était nécessaire de travailler plus dur et plus longtemps avec plus d’espace à gérer, l’activité étant alors presque exclusivement tournée vers l’agriculture. 

Une plus grande importance fut alors donné au travail en lui-même, et l’on commença à le mesurer, à le minuter afin de pouvoir le valoriser équitablement. Apparurent ainsi les premiers sabliers et horloges. La médecine ancienne, teintée de religiosité, d’interdits et de superstitions, montra son inefficacité et laissa enfin place à une médecine moderne basée sur l’expérimentation et l’examen rationnel de données factuelles. Les étudiants en médecine de l’époque purent ainsi, même en secret, mener des dissections et poser les premières bases de l’anatomie et des sciences médicales actuelles.

Il y a également la variole, dont l’épidémie à Boston au 18e siècle génère alors des débats publics sur son traitement qui sont consignés dans des billets publiés localement, lesquels donnent lieu aux prémices de la presse libre. 

Le SRAS qui sévit en Asie va accélérer quant à lui fortement l’utilisation d’internet et l’émergence du e-commerce dans la région. Cela en raison de l’impossibilité temporaire de sortir de chez soi et de communiquer avec l’extérieur. 

De nombreux domaines concernés 

La crise actuelle du Covid-19 est encore “jeune”, et il est très difficile de prévoir dans quels domaines elle constituera une démarcation pour un avant et un après. Mais certains mettent déjà en lumière quelques aspects de nos vies dont l’évolution future pourrait se trouver modifiée. Le recours au télétravail, encore marginal dans les entreprises jusqu’ici, est susceptible de prendre une beaucoup plus grande importance et de générer l’apparition de nouveaux outils, mais aussi d’organisations immobilières et humaines très différentes au sein des entreprises, des administrations, voire au sein des familles elles-mêmes. 

Le renfermement sur le foyer, déjà largement enclenché par le e-commerce, les plateformes de type Netflix ou les jeux vidéo, trouve dans cette pandémie un prétexte supplémentaire et son intensification produit déjà de nouveaux comportements, comme la production individuelle de matériel de protection à l’aide d’imprimantes 3D. 

La santé est bien entendu concernée : les procédés de détection virale notamment connaissent des innovations aux quatre coins du monde. L’utilisation de nouveaux outils de traitement de data en vue de gérer et combattre à grande échelle les pandémies est encouragée et financée et pourrait amener d’importants changements dans les systèmes de santés nationaux comme internationaux. 

La revue technologique du MIT pointe quant à elle l’accélération du recours à l’intelligence artificielle, comme en Chine où sont désormais utilisés des véhicules autonomes afin de transporter du matériel médical ou des patients dans ou hors des zones infectées. Le commerce devrait suivre de près pour répondre à une demande grandissante de livraisons “sans contact”. 

Les experts pressentent donc déjà que de nombreux domaines seront impactés par des changements, alors encore une fois que cette pandémie n’a que six mois d’existence. L’avenir dira dans quelle mesure ces changements nous toucheront, et si cela est souhaitable… ce qui est une toute autre question !

Photos : innovationorigins.com / hubhub.com