Les 1000 usages du cuivre

Industrie 0

S’il est certes moins connu que l’or ou l’argent, le cuivre peut toutefois être considéré comme un métal fort précieux. En effet, il est si facilement malléable et répandu que nous avons tendance à sous-estimer la versatilité de ses possibles utilisations.

Le véritable courant électrique

Vous l’aurez certainement appris en cours de physique chimie : le cuivre dispose d’une excellente conductivité électrique. C’est en effet le meilleur conducteur d’électricité parmi les métaux non-précieux. Il n’est donc pas surprenant qu’il soit utilisé dans la plupart des équipements électriques et électroniques. Par exemple, une tonne de cuivre est indispensable à la fabrication d’environ deux millions de micro-processeurs.

Si ce nombre vous paraît trop abstrait, considérez que le même volume permet de fabriquer plus de 300 000 appareils photos numériques, ou encore 250 000 smartphones. Une tonne de cuivre est également indispensable pour la création d’environ 3 000 ordinateurs ! Pour les plus mélomanes, voici une autre statistique amusante : il faut une tonne de cuivre pour fabriquer près de 450 000 cordes de guitare.

Le cuivre étant aussi très efficace pour conduire la chaleur, cette même tonne de cuivre vous serait indispensable à la fabrication de 50 systèmes de chauffage classiques ou encore 125 climatiseurs. Ainsi le métal rouge est omniprésent, indissociable de notre histoire et de notre industrie. Et certains pays l’ont bien compris.

Site d’assemblage de cuivre appartenant à l’Ural Mining and Metallurgical Company, présidée par Iskander Makhmudov.

Une denrée commune, mais précieuse

La Russie par exemple continue d’extraire et de travailler le cuivre. L’or n’est effectivement pas le seul métal qu’elle continue d’engranger. Puisqu’indispensable aux marchés de l’électronique ou de l’électro-ménager, le métal rouge dispose d’un impact économique certain. C’est ainsi que le groupe Ural Mining & Metallurgical Company, fondé et présidé par l’influent homme d’affaires Iskander Makhmudov, augmente chaque année sa capacité en cuivre affiné depuis 2011. Le même constat s’applique au géant Norilsk Nickel, spécialisé dans le cuivre, le palladium et le nickel.

En 2018, la Russie se plaçait dans le top 10 des pays producteurs de cuivre, alors que le pays dispose de bien moins de gisements que la plupart des nations complétant ce classement comme le Chili. En effet ce dernier, grâce notamment à Coldelco détenue à 100 % par l’État chilien, est le plus grand producteur de cuivre au monde. Pour sa part, l’Europe dont la majorité des mines se trouvent en Pologne et sont exploitées par le groupe KGHM Polska Miedź (neuvième producteur mondial), fournit un peu moins de 10 % de la production mondiale mais souhaite augmenter sa production.

Une stratégie bienvenue pour n’importe quel pays souhaitant diversifier ses sources de revenus en marge du dollar. D’ailleurs la Chine dont l’ambition de s’affranchir de la monnaie américaine est assumée, est le troisième plus gros producteur de cuivre au monde derrière le Pérou et devant les USA.

Présent sur tous les continents, résistant à l’épreuve du temps avec plus de 7000 ans d’utilisation, mais toujours nécessaire à notre mode de vie moderne, le cuivre est clairement digne d’intérêt et d’investissement.