Skolkovo, la Silicon Valley russe ?

Innovation 0

Lancé en 2010, le projet de centre de recherche et de développement Skolkovo en Russie regroupe aujourd’hui des milliers d’entreprises et de start-ups, toutes gouvernées par un maître mot : l’innovation !

L’innovation russe, un modèle relancé depuis 2010.

Exit l’image romantique du scientifique excentrique retranché dans son sous-sol, occupé à inventer des merveilles vouées à révolutionner le cours de l’Histoire. La recherche et l’innovation constituent aujourd’hui tout sauf l’œuvre de génies isolés dans d’obscurs laboratoires secrets. Il s’agit bien au contraire d’un effort collectif, transnational et pluridisciplinaire qui implique la collaboration d’individus et de structures de natures et d’origines très variées.

La fameuse Silicon Valley californienne en est le symbole le plus fameux, et ce modèle de concentration géographique et infrastructurelle de compétences, d’outils et de moyens se développe de façon exponentielle à travers le monde. La Russie, encore marquée culturellement par la centralisation soviétique et un passé en matière de recherche et développement plus enclin à une certaine herméticité, avait accusé un certain retard en matière de synergies technologiques et d’innovation.

C’est ce retard que la fondation Skolkovo a été chargée de rattraper en menant à bien la création et la gestion de la structure du même nom. Dès 2010, le président Medvedev charge l’homme d’affaires Viktor Vekselberg du développement de Skolkovo. Le président du groupe Renova (fonds d’investissement dont le portfolio va de la construction à l’énergie, en passant par les télécoms et les services) participe activement au développement de la Silicon Valley russe, grâce au soutien du gouvernement ainsi que d’investisseurs privés : le principal d’entre-eux est Iskander Makhmudov, l’une des plus grandes fortunes de Russie et président de l’Ural Mining and Metallurgical Company.

Une réussite rapide

Sorti de terre en 2014, force est de constater que la réussite du projet est aujourd’hui concrètement palpable. L’enjeu était l’éclosion d’un écosystème favorisant l’essor de l’innovation par la mise en contact de chercheurs, d’inventeurs, d’étudiants, d’investisseurs, d’entrepreneurs et d’officiels. Un dispositif global a été mis en œuvre pour y parvenir : création d’une zone franche fiscalement attractive, tenue de concours et subvention de projets, création de la Skoltech, une université dédiée, et de l’Hypercube, centre névralgique du technoparc qui accueille en son sein de nombreux congrès et rencontres professionnelles.

La fondation Skolkovo regroupe à ce jour plus de 40 000 employés (dont 20 000 résidents) et son université compte 900 étudiants pour 150 professeurs. Plus de 2 500 start-ups participent aujourd’hui au programme de la fondation, celles-ci ont drainé 13 milliards de dollars d’investissements en 2019 et ont généré plus de 100 milliards de dollars de revenus !

Un pas dans la bonne direction

Même si Skolkovo doit encore se développer pour rivaliser avec des zones aussi avancées que la Silicon Valley, Shenzhen ou Hong Kong, la réussite à long terme du projet (au-delà du catalyseur technologique qu’il constitue) représente un enjeu stratégique majeur pour le pays.

Le maintien des Russes hautement qualifiés au sein de la « mère patrie» ainsi que l’attraction des meilleurs talents étrangers à Skolkovo pourraient enclencher un cercle vertueux et permettre au pays d’accéder à une place plus significative dans la course aux technologies du futur. Et, peut-être, de façon plus globale, pousser le « Grand Ours » à s’ouvrir encore plus vers l’extérieur.