Facebook vs Les réseaux sociaux chinois ! Faites vos jeux !

Innovation 0

Le marché des réseaux sociaux chinois s’ouvre ! Facebook a-t-il encore une chance de séduire des chinois habitués à ses propres réseaux sociaux ? Facebook pourrait-il mettre en péril l’avenir de ces derniers?

On devrait assister prochainement à un assouplissement de la censure chinoise pour certains sites et réseaux sociaux étrangers dont Facebook. 10 ans après la popularisation massive des réseaux sociaux dans l’empire, Facebook a-t-il encore une chance de séduire des chinois habitués à ses propres réseaux sociaux ? Facebook pourrait-il mettre en péril l’avenir de ces derniers?

En 2013, la Chine, c’est 564 millions d’internautes, ce qui représente 24% des utilisateurs mondiaux soit le premier pays à échelle mondiale. Parmi les utilisateurs, 91% ont un compte sur un réseau social, contre 67% pour les Américains. La Chine, c’est aussi « the Great Firewall of China », traduit en français « la grande muraille pare-feu de Chine ». Cette censure se concrétise entre autre par l’inaccessibilité de ce marché en or pour le leader mondial Facebook au milliard dépassé d’abonnés. Mais cela change et Pékin commence à délivrer, certes au compte-goutte, des laissez-passer à un Facebook ambitionnant de conquérir cet énorme marché!

Qui sont les concurrents de FB en Chine ?

Renren est en Chine le clone de Facebook, de part son apparence et son histoire. Il a été créé en 2005 par des étudiants chinois sous le nom de Xiaonei. En 2007, il compte 8,8M d’utilisateurs et est considéré comme le réseau social étudiant le plus puissant. En 2009, Xiaonei devient Renren ce qui signifie « pour tout le monde », s’élargissant ainsi au reste de la population. Il rentre en bourse en 2011. Aujourd’hui, il compte 172M d’utilisateurs, ce qui fait de lui le 7ème réseau social du monde.

Le principal concurrent de Renren est Kaixin, avec qui il a d’ailleurs eu à ses débuts des démêlés avec la justice, Kaixin l’accusant de plagia et de vol de donnée. Lui aussi copie de Facebook, avec ses 120M d’utilisateurs, il a notamment fait son succès autour du clonage de nombreuses applications Facebook telles que « Friends for sale » ou « Happy farm ».

Tandis que Renren et Kaixin sont plus utilisés pour le partage de photos personnelles et les jeux, au niveau du partage d’idées et d’information, on a d’avantage accès à Tianya. Né en 1999, cet hybride entre Facebook et Twitter est un site de micro-blogging très populaire en Chine. Avec ses 156M d’abonnés, il est, toutes catégories confondus le 12ème site le plus visité en Chine et 72ème dans le monde.

Créé en 2005, Douban est un réseau social aux quelques 80M d’abonnés. Focalisé sur la culture, il est destiné à partager des contenus relatifs à la littérature, au cinéma et à la musique ainsi qu’à promouvoir les événements et activités culturelles par villes. Quelle place pourrait se faire Facebook parmi ce panel de réseaux sociaux. Le géant mondial saura t-il conquérir ce marché ?

 

Facebook en Chine : quel risque pour les réseaux locaux ?

Il faut tout d’abord comprendre les origines de cette levée de censure. C’est dans le cadre du lancement d’une zone de libre échange économique à Shanghai que la Chine va lever sa censure envers certains sites dont Facebook. Elle devrait donc se limiter à cette zone. C’est évidemment pour des raisons économiques et politiques que cette décision a été prise, pour attirer plus d’investisseurs étrangers et pour permettre aux expatriés de se sentir chez eux.

Il s’agit donc d’une opération commerciale qui séduira pour sur les nouveaux et anciens expatriés en Chine ainsi que les étudiants chinois ayant fait leurs études à l’étranger. Il pourra également convertir les entreprises à portée internationale, Facebook étant aujourd’hui un outil de communication et de marketing très en vogue. Malgré tout, il ne s’agit que d’une part infime du demi million de connecté sur les réseaux. C’est pourtant cette population là qui représente le marché en or que serait la Chine pour Facebook et qui pourrait mettre en péril les réseaux sociaux locaux. Jusque là, l’arrivée de Facebook ne semble alors pas être une réelle menace.

Simplement 3,5% du marché !

Imaginons alors que cette levée ne soit que les prémices d’un accès à Facebook pour toute la Chine. Les utilisateurs chinois ont construit depuis près de 10 ans tout leur réseau social autour des réseaux locaux. Ils y sont habitués. Rien n’est moins sûr qu’ils soient prêts à tout recommencer à zéro sur un nouveau réseau. D’autant plus que parmi les réseaux locaux on retrouve des clones de Facebook avec exactement la même apparence et les mêmes fonctionnalités.

Dans l’état actuel des choses, le futur accès à Facebook en Chine, ne devrait pas changer grand-chose. La zone de libre-échange compte 18M d’habitants et la Chine, c’est environ 515M d’abonnés à des réseaux sociaux. Imaginons l’extrême, que toute la population de la zone autorisée à avoir Facebook ouvre un compte. Cela représenterait seulement 3,5% du marché chinois. Quant à l’étendue de la levée de la censure au reste de la Chine, elle reste peu probable, pour les même raisons que sa mise en place en 2009. Quand bien même, la mise en péril des réseaux locaux est loin d’être évidente.

Les réseaux sociaux chinois ont de beaux jours devant eux. La conquête de l’Empire du Milieu par l’empire Facebook ne semble pas être pour demain !

Source chiffres
http://wearesocial.fr/
http://www.internetworldstats.com/stats7.htm
http://www.alexa.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *