Ashoka, le Grand Frère de l’entrepreneuriat social

Innovation 0

Entreprendre et développer, supprimer les peines du monde, voilà le cheval de bataille d’Ashoka, mais pas n’importe comment et pas à n’importe quel prix !

Ashoka

Ashoka, en voilà un nom bien étrange pour le commun des mortels. Ce nom vient du sanscrit “a soka” qui signifie “sans peine, sans soucis, sans inquiétude”. C’est encore le nom d’un empereur Indien du 3ème siècle avant JC, Ashoka le Grand, qui structura en son temps son empire en créant des services médicaux, des programmes d’irrigation et les premières infrastructures routières, et en ouvrant les frontières aux échanges commerciaux et culturels avec les pays voisins.

Americain, Bill Drayton est issu du monde du business et du capital, et était ancien consultant du cabinet de conseil McKinsey & Company. En 1980, il créait, en Inde, Ashoka – association internationale “à but non lucratif, laïque et apolitique” – et le principe d’entrepreneuriat social. Un succès ! Aujourd’hui, le budget annuel de l’association s’élève à 50 millions d’euros !

Ashoka : L’Homme et son environnement au cœur de l’innovation.

L’entrepreneuriat social se définit comme la création d’entreprises ayant une vocation environnementale et sociale, dont la grande partie des bénéfices dégagés est réinvestie dans cet objectif initial.
Ashoka est la première organisation de ce genre et représente à l’heure actuelle le plus grand réseau d’entrepreneurs sociaux à l’échelle mondiale: elle est présente dans quelque 85 pays.

Objectif premier: donner un coup de pouce financier aux entrepreneurs portant un projet innovant et solutionnant un problème de société, ancré dans l’idée d’améliorer la solidarité, la santé, l’éducation et l’environnement. L’entrepreneur social devient acteur du changement, le “changemaker” cher à Drayton.

Bill clinton Bill Gates… Ashoka un réseau fort et fédérateur !

Vient ensuite le développement d’un réseau constitué d’entreprises classiques qui soutiennent l’effort de guerre tant au niveau financier au travers du mécénat qu’au niveau de l’apport en industrie c’est-à-dire de compétences et de techniques. Ashoka s’interdit les financements publics.

Bons nombres de grandes fortunes mondiales, via leurs fondations, ont ainsi adhéré au projet: citons pour les plus fameux Bill Clinton (Clinton Global Initiative), Bill Gates (Bill and Melinda Gates Fundation) ou encore le fondateur de Google Sergey Brin.

Si l’action d’Akosha a visé dans un premier temps les pays du sud, elle s’étend aujourd’hui aux pays industrialisés et développés de l’hémisphère nord confrontés à de nouveaux défis sociétaux.

En France, Ashoka France – Europe, avec à sa tête Arnaud Mourot, a ainsi été créée en 2006 pour faire face aux problèmes environnementaux, d’insertion et développement économique, de santé et de lutte contre les exclusions. « Mais en France, les grandes fortunes n’ont pas suivi » selon Mourot…

Ashoka c’est aussi une sélection draconienne des “fellows”.

Dans le cadre de son action, Ashoka va trier sur le volet les projets qui bénéficieront de son aide. À titre d’exemple, en France, ce ne sont que 6 projets qui, chaque année, sont sélectionnés par l’association et l’Ashoka Support Network, réseau de mentors-financeurs.

Les entrepreneurs sociaux sont identifiés, financés, accompagnés ainsi que mis en réseau. Ils deviennent alors “fellows” et se voient accorder une aide d’un montant de 30 000 euros par an pendant 3 ans pour financer leur salaire et charges afférentes. Ils peuvent ainsi développer sereinement leur projet et démultiplier leur impact positif sur la société. Les dossiers sont examinés 6 à 8 mois pour établir la shortlist des accédants au Graal. On compte maintenant une cinquantaine de fellows en France, et plus de 3000 “pionniers” dans le monde.

Ashoka n’est plus la seule organisation promouvant l’entrepreneuriat social et fait des émules: on dénombre 4 à 5 créations de réseaux par an depuis le début des années 2000. Un mouvement qui ne risque pas de s’arrêter au regard de la question toujours plus d’actualité de l’Homme, sa vie en société, sa survie et son impact dans un environnement en constante mutation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *