enquete

Bpifrance propulse Coucoo vers le marché européen

0

Grâce à l'apport de 3,5 millions d’euros de Bpifrance en novembre dernier, Coucoo espère conquérir l'Europe.

Coucoo avec son concept de cabanes de luxe et d’éco-domaine a levé, en novembre dernier, 3,5 millions d’euros auprès de Bpifrance et de ses partenaires privés. Si la crise ne l’impacte pas trop durement et une fois celle-ci terminée, la société oisienne aura toutes les cartes en main pour s’exporter à travers l’Europe. 

C’est en 2009 que Gaspard de Moustier, rejoint par la suite par Emmanuel de La Bédoyère, fonde Coucoo. Grande première en Europe : ils veulent offrir des séjours de totale déconnexion en pleine nature loin du tourisme de masse. Le principe est de faire résider leurs clients dans de luxueuses cabanes perchées ou flottantes et 100 % autonomes en énergie. 

L’architecture de l’intégralité des cabanes est méticuleusement réfléchie visant une intégration des plus respectueuses au milieu sauvage environnant. De plus Coucoo privilégie les matériaux naturels comme des essences de bois de mélèzes et de douglas, qui ne nécessitent aucun traitement chimique.

La société compte actuellement quatre éco-domaines conçus sur mesure, et elle inclut dans sa démarche éco-responsable des écosystèmes de producteurs locaux afin de valoriser les territoires dans lesquels il s’implante. Devenus des leaders du tourisme durable français, les deux entrepreneurs se projettent désormais au-delà de l’Hexagone. 

Coucoo – Bpifrance le duo gagnant

Jusqu’à présent créée uniquement par financement bancaire, la start up Coucoo a lancé sa première ouverture de capital auprès de Bpifrance et d’investisseurs-entrepreneurs dont Dominique du Peloux (ex Chequers), Liberty Verny et Nathalie Gillier (BazarChic). Cette hausse de capital de 3,5 millions d’euros a pour objectif principal de maintenir la croissance du groupe et de l’étendre à l’Europe. 

Au-delà de l’apport financier, Bpifrance va siéger au comité de décision afin d’entériner les choix stratégiques. En tant que fonds spécialisé dans le tourisme, Bpifrance va également partager tout son écosystème et mettre en relation la société avec d’autres chefs d’entreprise ou de potentiels clients. 

Jessica Barbé, du pôle Tourisme & Loisirs de Bpifrance, se félicite de cette opération et justifie le choix Coucoo. Selon elle, ses dirigeants ont un véritable savoir-faire, une expérience de plus de dix ans ainsi qu’une solide expertise hôtelière. Leur business modèle visionnaire et leur fibre éco-responsable coïncident parfaitement avec le programme de transition énergétique et écologique (TEE), un axe majeur de la stratégie de Bpifrance.

Un avenir ambitieux … avant la crise

Cette revalorisation de capital vise, pour Coucoo, à instaurer un plan de croissance fondé autant sur le développement des sites existants (capacité d’accueil et d’infrastructure), que sur la multiplication des implantations du groupe, en France et en Europe (notamment en Italie).

Avant la crise, l’entreprise aspirait ainsi atteindre à horizon 2025, un chiffre d’affaires de 16 millions d’euros (contre 3,7 millions d’euros aujourd’hui). Elle projettait également de tripler ses effectifs et ses domaines, en atteignant 200 collaborateurs répartis sur 12 sites.

Mais après la crise due au coronavirus?

C’était avant le covid-19! Et s’il est établi que le virus et son impact économique touchent dramatiquement le secteur du tourisme, il est à espérer que cela n’anéantisse pas la dynamique de ce projet « made in France ».

Mais déjà certains experts misent sur un tourisme « post-crise » plus éco-responsable voire même, dans un élan de solidarité des populations, que ces dernières passent leurs vacances dans leur pays respectif pour aider à la relance du secteur ou ne pas prendre de risque. Quelques perspectives positives dans ces temps difficiles, auxquelles peuvent s’accrocher Gaspard de Moustier et Emmanuel de La Bédoyère.

Photos : ledauphine.com / aventure-france.fr/ picardie.media.tourinsoft.eu