De la guerre à la ville : les drones du futur

Innovation 2

matternet_il_drone_salvavita

Jusque-là cantonné au monde de la guerre, le drone trouve enfin une nouvelle utilité. A l’origine de cette reconversion, le projet Matternet propose une utilisation civile et humanitaire de ces engins de mort qui devrait prochainement ne plus inspirer de craintes au profit d’un nouvel espoir.

Eté 2012, des drones visitent les cieux de la République dominicaine et d’Haïti. Grande première pour ces engins : ils ne sont pas en mission militaire ! Ces objets volants appartiennent à Singularity University Labs, start-up basée à Palo Alto, en Californie, au cœur de la Silicon Valley. Cette société lance le projet Matternet qui a pour ambition de proposer un nouveau réseau de distribution dans les pays en développement.

De la guerre…

Le drone, que l’on peut traduire par « faux bourdon » en français est un engin volant télécommandé qui emporte une charge à son bord. Jusqu’à présent celui-ci s’est cantonné à des missions de surveillance, à du renseignement, au combat (via des frappes aériennes) ou encore au transport militaire. Aux Etats-Unis le drone est quasi-exclusivement utilisé par les forces armées.
Cet appareil volant jouit ainsi d’une très mauvaise réputation, particulièrement outre-Atlantique, et régulièrement des scandales politique ou militaire impliquant un drone voient le jour dans le monde . Engin de guerre préféré de Barack Obama, il est notamment reproché à ces objets télécommandés de causer de très nombreuses morts auprès de population civile (entre 3000 et 4000 personnes lors de l’intervention armée en Irak).

… Au civil

Parrot-navigation

Le drone civil Parrot est parmi l’un des plus répandus. Il est télécommandable sur smartphone.

L’évolution récente des technologies a permis le transport rapide d’information, notamment avec le développement d’internet et de tout ce qui touche à l’échange de données dématérialisées, le projet Matternet propose aujourd’hui une innovation dans le transport de biens dit « classiques ».

La Startup présente une utilisation civile d’un appareil qui jusqu’à présent inspire une crainte aux populations.

Ces drones vont avoir pour fonction la livraison de nourriture, médicaments et autres produits essentiels dans les villages et régions bloqués pour diverses raisons tels que les orages, moussons et cyclones saisonniers, un réseau routier de très mauvaise qualité ou encore des régions difficilement accessible en raison de leur emplacement géographique.

Les fondateurs du projet estiment que l’une des principales causes de pauvreté dans le monde est la difficulté si ce n’est l’impossibilité d’accès aux biens et services de base. Il faudrait des décennies avant que toutes les régions du monde soient accessibles de manière satisfaisante par les routes et autres moyens de transport traditionnels. Matternet a donc un but humanitaire, chose nouvelle pour cette machine de guerre.

Un moyen de transport efficient

L’utilisation de cette technologie déjà existante est simple : les drones ne coûtent pas cher, ils sont relativement faciles à construire, se dirigent à distance et peuvent être autonomes. Toutefois un problème se pose : l’autonomie de l’appareil reste limitée à 10 km de trajet.

C’est là que Singularity University Labs innove en mettant en place un important réseau de stations de recharge à énergie solaire où les drones se délesteront de leur batterie à plat pour en récupérer une chargée. Le drone ne serait ainsi plus limité par sa faible batterie.

Où est Matternet maintenant ?

Le projet est encore au stade expérimental et leur premier drone a volé de stations en stations en République dominicaine, en Haïti et au Royaume-Uni.
La startup a pour ambition de mettre en place le premier réseau d’exploitation au cours de l’année 2014.

Des tentatives commerciales


Utiliser un drone à des fins autres que militaire a déjà été fait. Pizza Hut, célèbre compagnie de vente de pizza, notamment à domicile, a créé le buzz récemment en livrant ses pizzas en drone en Grande Bretagne .

Bien que l’idée soit plus marketing que pratique (l’opération fut limité dans le temps et a servi de campagne publicitaire), il s’agit là d’une nouvelle exploration de l’utilité de telles machines de guerre dans le civil.

Concernant le continent américain, pourtant le plus doté en drones, l’utilisation de ces machines sous leur forme commerciale est actuellement illégale. La Federal Aviation Administration (FAA) doit au préalable établir des règles de base et a pour objectif d’ouvrir le ciel aux drones commerciaux d’ici 2015.

En dehors des États-Unis, où le drone a une image moins négative, les dirigeants sont plus ouverts à l’idée d’une telle exploitation.

Ce que l’avenir nous réserve !

Dans un avenir proche, Matternet espère augmenter les charges des drones qui pour l’instant se limitent à quelques kilos ainsi que la durée de vol des appareils.

Ce projet permettra à terme la livraison de denrées essentielles dans les régions du monde les plus reculées ainsi que l’accessibilité aux aides et soins d’urgence dans les zones sinistrées dans un délai très court.

Ce développement à but humanitaire va notamment pouvoir préparer le ciel aux drones à vocation commerciale. Le développement et l’expérimentation de ce réseau va pouvoir ouvrir les possibilités commerciales et il est à parier que dans un futur proche, vos fleurs, vos sushis ou vos pizzas tombent du ciel !

Commentaires

  1. Libertégalité says:

    Les drones, c’est surtout la possibilité pour les etats de fliquer les citoyens. un peu angélique voitre article. on sait que les amérciains s’en servent pour espionner comme dans prism.

  2. KMR_21 says:

    Effectivement, les drones ont des utilités potentielle très large. L’humanitaire, est une utilisation possible et souhaitable de tels engins. Ils sont également utilisé dans le cadre de secours aux personnes ou alors dans l’inspection de défaut sur des gros ouvrages (ponts, batiments etc.). Très utile et des applications possibles nombreuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *