Carte bancaire : chronique d’une mort annoncée ?

Technologie 0

La traditionnelle carte-bancaire survivra-t-elle aux nouveaux moyens de paiement ?

Pile of credit cards

Et si la carte bancaire telle que nous la connaissons aujourd’hui était vouée à disparaitre ? De nouveaux modes de paiements s’apprêtent à concurrencer de plein fouet le rectangle de plastique, apparu en France en 1967.

Le paiement sans contact connait ces dernières années une forte croissance dans des pays tels que les Etats-Unis ou le Japon. Prenant comme support un simple smartphone intégrant la technologie NFC, ces porte-monnaie électroniques permettent de simplifier l’acte d’achat et de grouper en une seule application toutes les cartes bancaires et de fidélité qui encombraient jusqu’alors le portefeuille. Le NFC, ou communication en champ proche, se base sur l’échange d’ondes radios de très courte portée entre deux périphériques, et nécessite donc une compatibilité tant du téléphone de l’utilisateur que du matériel utilisé par le commerçant. Cette adaptation, dans les pays utilisateurs de cette technologie, s’est réalisée sans rencontrer d’obstacles majeurs.

Utilisations dans l’Hexagone

citizi-orangeDès 1999 et l’arrivée de Moneo, les consommateurs français ont pu se familiariser avec le concept de porte-monnaie électronique, et ont effectué par ce biais plus de 17 millions de paiements depuis 2006. Mais il fallait pour cela posséder une carte. Pouvoir s’abstenir d’un tel support constitue la grande avancée du paiement par mobile. Victime de son succès, ce système a donné naissance à une multitude d’applications rarement compatibles entre elles et qui ont inondé le marché, rendant le choix difficile pour l’utilisateur. Rien qu’en France, où les transactions par smartphone ne représentent qu’un très faible pourcentage des paiements, les solutions se comptent par dizaines. Parmi elles, Cityzi, une initiative regroupant les principaux acteurs de la téléphonie mobile, des banques, des commerçants et des opérateurs de transport, s’implante dans de nombreuses villes.

Le trublion Apple

En présentant ses modèles d’IPhone 6, Apple a dévoilé l’intégration d’une fonctionnalité encore plus aboutie. Un possesseur du dernier smartphone de la marque à la pomme pourra en effet effectuer des achats, tant sur Internet que dans des commerces, grâce à son compte Apple. Il sera donc possible, aux Etats-Unis et bientôt en France, de s’affranchir de sa carte de paiement et d’être débité depuis son compte iTunes. Ce procédé, baptisé Apple Pay, a fait l’objet d’accords avec de grands organismes financiers, JP Morgan, City Group, Bank of America, mais aussi Visa, Mastercard et American Express. Apple, qui touchera 0,2% de commission sur chaque paiement, va donc fort logiquement tout faire pour mettre en avant son système et promouvoir son usage. Que ce soit pour l’acquisition de places de cinéma, de courses au supermarché, d’achat de biens culturels, de titres de transport ou de billets d’avions, iTunes se transforme en une gigantesque plateforme financière dont l’importance ne devrait cesser de croitre.

Vers une disparition de la carte bancaire ?

Cette petite révolution empiète donc directement sur les platebandes de la carte bancaire. Cela signifie-t-il pour autant que cette dernière est vouée à disparaitre ? Difficile à croire dans l’immédiat, tant son usage est prédominant. Dans les commerces, un paiement sur deux est effectué par carte, et le ratio passe à quatre paiements sur cinq lors d’un achat sur Internet. Plébiscitée en France avec 85 millions d’unités en circulation, il semble délicat d’envisager à court terme un brusque changement d’habitudes, tant de la part des banques que des utilisateurs. Pourtant, le paiement par mobile a d’ores et déjà séduit 110 millions de consommateurs, chiffre qui devrait tripler d’ici 2017.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *