enquete

Fast-Track, l’accélérateur français de start-up européennes en Asie

0

À l’heure où le succès du e-business rayonne en France, les start-ups du secteur numérique du monde occidental peinent à pénétrer le marché asiatique. C’est avec cette problématique qu’Alexandre Olmedo et Ivan Bernard-Brunel, ont choisi de créer Fast-Track.

L’origine : la rencontre des deux entrepreneurs français

L’un est expert commercial dans le secteur du digital et des médias en Asie et l’autre est un investisseur averti. En 2005, Ivan postule pour être responsable des ventes du portefeuille d’entreprise européen d’Ardian dont Alexandre est le gestionnaire des investissements en Asie (basé à Singapour). Ivan est recruté et deviendra le moteur des ventes du développeur d’application mobile Streamezzo, l’une des premières ébauches à l’origine de Fast-Track. Cette collaboration réussie sera précédée par d’autres, comme celui de Glamour Sales racheté par Alibaba, le géant du e-commerce chinois après quelques années seulement. Mais c’est en 2014, qu’Ivan et Alexandre s’associent officiellement et décident de passer au niveau supérieur de l’accélérateur.

Le choix d’un business-model singulier

Fast-Track est un accélérateur de start-up européennes en Asie-Pacifique. Il a pour ambition de soutenir des start-up déjà matures (dont le chiffre d’affaires se situe entre 20 et 50 millions d’euros), spécialisées dans le digital et les médias, à s’étendre en Asie. Son business-model se veut différent de la simple consultation d’entreprise ou du modèle classique d’investissement privé. FastTrack accompagne son client sur quelques années. Il injecte entre un demi-million et un million en général dans le capital afin de mettre en place une joint-venture (coentreprise) en Asie. 

L’accélérateur et le client définissent une stratégie commerciale et financière ensemble dans un temps imparti. Pour se faire, l’incubateur monte une équipe temporaire de quatre à six personnes en charge d’atteindre l’équilibre financier au terme de la première année. Si possible, un employé de la société mère intègre l’équipe de l’accélérateur pour une meilleure collaboration. Après trois ans environ, la filiale asiatique devrait représenter entre 10 % à 15 % des revenus mondiaux du client. Dès lors que cet objectif est atteint, alors l’accélérateur échange ses parts issues de la joint-venture contre les parts du capital de la société mère. Lorsque celle-ci sera rachetée ou entrera en Bourse, les parts de l’accélérateur seront libérées et profitables à Fast-Track.

Les challenges d’implantation de start-up à forte croissance en Asie

Avec comme capacité optimale d’un à deux client par an, l’accélérateur se doit de dénicher les perles rares tant dans son équipe que dans son choix de clientèle. La start-up idéale se doit d’être déjà profitable avec un fond de roulement confortable, compatible avec la vision de l’accélérateur et il doit déjà avoir su convaincre un marché international. Tous ces critères filtrent très rapidement les candidats potentiels. 

A. Olmedo et I. Bernard-Brunel

L’accélérateur ne peut se permettre de risquer une collaboration incertaine alors que son modèle de business le rend déjà fébrile. Le premier risque est lié à la personnalité des dirigeants. L’incompatibilité de vision entre l’accélérateur et le client est possible mais le plus risqué serait le problème d’interculturalité entre le client européen et les valeurs asiatiques. Le manque de marge de main d’œuvre lié à un calcul financier trop étroit peut être risqué également, c’est pour cela que l’accélérateur ne sélectionne que des structures financièrement solides. 

Ces risques ne sont finalement que des défis qu’Ivan et Alexandre choisissent de relever grâce à leur expertise et leurs équipes pour aider l’implantation réussie de start-up européennes en Asie.

Sources des photos : lepetitjournal.com / maddyness.com / Twitter / aesc.org